♣ Rêverie ♣


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une nouvelle

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsumade Y. Nameo
Nouveau Rêveur ♣
avatar

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 23
† Club : Tu me regardes
† Age Du Perso' : 18 ans
† Profession : Etudiante
Date d'inscription : 11/10/2008

Feuille de personnage
Neko's/Maître: aucun pour le moment
Chambre/Logement: idem
† Relations:

MessageSujet: Une nouvelle   Lun 13 Oct - 19:22

Tsumade avait passé la nuit dans l'avion qui survola le Japon puis une partie de l'océan pacifique pour se retrouver sur une île. Le long trajet l'avait fatiguée, si bien qu'elle n'était pas plus reposée qu'avant. Durant le voyage, il n'y avait pas eu de problèmes, il n'y avait jamais de problème avec elle. C'était une fois arrivée à l'aéroport que les choses étaient devenues bien plus compliquées : certes, la jeune fille maitriser le japonais, mais tellement d'écriture d'un coup... De paroles... D'expressions nouvelles... Elle arriva même à regretter que Sayuki ne soit pas là, celle-ci se débrouiller bien mieux que Tsumy'. Mais cette dernière secoua la tête, afin de se sortir ces idées de la tête. Non, maintenant il ne fallait plus penser à elle, ni aux autres. Cependant, elle ne put s'en empêcher.

Marchant dans le grand bâtiment, avec des annonces, tout d'abords en japonais, puis traduite en anglais et enfin en allemand, toutes les deux minutes, Tsumade regardait un peu partout. Il y avait beaucoup de personnes, de toutes origines confondues. Des touristes, dans gens allant au travail, des militaires pour la surveillance, en passant par des personnes telles qu'elle : marchant en regardant, cherchant du regard une aide, quelque chose, un signe, une personne de leur famille. Et pourtant, la demoiselle savait qu'il n'y aurait pas d'aide. Elle était toute seule, désormais. Etrangère au milieu de tous... Enfin, pas si dépaysée que ça : sa mère étant japonaise, elle se fondait parfaitement dans la masse des arrivants et repartants. Tellement qu'une femme -une espagnole, à en juger par son accent- l'interpella et lui demanda des renseignements en un mauvais anglais.

Tsumade : "Désolée, je ne peux pas vous aider, je suis... "

Tsumade buta sur ce mot : elle était quoi, ici, après tout ? Touriste ? Non, ce n'était pas ça, pas ça du tout. Alors, avec un sourire gêné, elle continua sa phrase en se reprenant.

Tsumade : "Je suis nouvelle, excusez-moi."

La dame lui rendit son sourire et lui dit un simple "hasta luego", que la demoiselle mit du temps à comprendre. Hasta luego... Ha !! Oui ! Le peu d'Espagnol qu'elle avait fait lui revint alors en mémoire : good bye, by-bye étaient des synonymes. Avec un petit sourire, en même temps satisfait d'avoir compris, mais tout aussi bien déstabilisée par cette rencontre, elle reprit son chemin vers le pensionnat de l'île, auquel elle s'était inscrite, par téléphone, avant de prendre l'avions dans l'aéroport d'Edimbourg.

Tsumade sourit au conducteur et lui paya son dû. Avec un murmure "Thank you", qu'il ne dut pas percuter, elle partit en direction du pensionnat. Le taxi reprit la route, vers un autre client, surement. Une petite pensée pour son orphelinat vint troubler la vue. Après tout, les circonstances étaient presque les mêmes, à peu de choses près. Maintenant, elle ne recherchait plus le passé mais l'avenir, elle ne recherchait plus sa famille, mais la fuyait, elle ne s'intéressait plus à ses ancêtre, ses origines, mais voulait les oublier. Tout cela serait-il possible ?

La jeune écossaise traversa le portail ainsi que le hall à vive allure, ignorant les gens autour d'elle. Ils la regardaient, ou au moins elle en avait l'impression. Peut-être que les nouveaux étaient rares, peut-être qu'elle faisait tâche dans ce décor. Ou bien avait-elle un bouton sur le visage ? Mais cette dernière supposition fut accueillie par un sourire de Tsumade. Peu lui importait de son apparence, le tout restait maintenant de s'intégrer au groupe. A quel groupe ? Elle ne savait même pas qui elle pouvait bien rencontrer dans ce genre d'endroit. Des personnes méchantes, comme à l'orphelinat ? Des personnes gentilles, qui lui ferait oublier son passé ?

Un peu trop de questions dans son esprit, elle y réfléchit un moment, tout en marchant vers un endroit encore inconnu. Où allait-elle ? Lorsque cette interrogation vint se poser en elle-même, elle se trouvait dans ce qui semblait la cour de l'établissement. Tsumade visa un banc du regard et alla s'y asseoir. un peu de repos ne fut pas de refus et sa maigre valise, que jusqu'alors elle avait portée, finissait par lui peser sur l'épaule. Quel soulagement d'enfin pouvoir s'asseoir et poser la mallette !

Elle posa un regard circulaire sur la cour et s'aperçut alors qu'elle n'était pas seule. En effet, il y avait plusieurs petits groupes, de deux ou trois personnes à chaque fois.

**Ils ont tous l'air bien soudés... Je ne vais jamais arriver à m'intégrer...**

Ce qui, pour la demoiselle, était un problème énorme. Elle aimait la compagnie en ne voyait pas comment elle vivrait ces futurs années sans amis.

Tsumade était assise, donc, sur le banc et sa petite robe, qui était plus un kimono, tombait sur ses chevilles. Ces dernières avaient, autour d'elles, un lacé reliant à de petites ballerines bleue et rose. La jeune fille aimait ces deux couleurs et trouvait qu'elles se mariaient très bien entre elles. Le rouge, le violet et orange aussi. Ainsi que le vert. De toute façon, pour Tsumade, toutes les couleurs étaient belles. Les aimeraient-ils, les autres, toutes ces couleurs mélangées sur ses habits ?

**Stop you take the lead for shit ... **

Tout en pensant à son intégration prochaine dans différents groupes de personnes, un individu d'un des petits groupes s'approcha d'elle. Apparemment, il avait remarqué sa solitude et certainement le fait qu'elle tait nouvelle. Une certaine appréhension arriva en même temps que lui, comment réagir ?

Et si, simplement, elle était elle-même ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monde-brittonie.forumactif.org/
Niawen Eiko
Nouveau Rêveur ♣
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Age : 24
† Club : Sur l'île
† Age Du Perso' : 23 ans
† Profession : Mannequin
Date d'inscription : 12/10/2008

Feuille de personnage
Neko's/Maître: x
Chambre/Logement: x
† Relations:

MessageSujet: Re: Une nouvelle   Mar 14 Oct - 20:10

Levez de bon matin, Niawen s’était vite préparer pour allez à l’aéroport et ne pas rater son embarquement qui était prévus à seize heure. Une dernière rature, la lettre serais envoyée maintenant, elle était destinée à son patron. Peu importe la tête de celui-ci à la vue de cette lettre peu alléchante, qui, parlait de son départ pour l’île, donc la démission de son métier de Mannequin. Ce fût un soulagement de quitter se boulot qui la rendait de plus en plus salope… Dès qu’elle se mit à passer la langue sur la lettre pour pouvoir la fermer et ensuite mettre dans la boîte jaune ce bout de papier blanc, elle soupira, pas de n’importe qu’elle soupire. Celui d’un soulagement qui peut-être deviendra un malheur de moins dans sa vie. Une femme, hôtesse de l’air sans doute, posa sa petite main bien faite, sur l’épaule de la jeune demoiselle qui s’en retourna de surprise. Elle lui dit qu’il était maintenant l’heure, et que l’avions n’allait pas tarder à décollée. Son nom se fit entendre par les hauts parleurs, elle se mit à sourire en levant ses mains comme si elle avait oublié qu’il était l’heure puis elle se pressa d’allez vers l’embarquement. La douane ne trouva rien de suspect sur la jeune fille, ni dans son sac qu’elle avait amené sur elle. Elle rattrapa le retard et dévala en talon aiguille la passerelle. Ensuite, elle montra ses passeports pour une dernière fois, se retournant vers la passerelle, elle pensait à ce moment précis à toute sa famille qui lui manquaient et à toute ses personnes dès plus perverses et sadiques qu’elle à vu tout au long de son périple.

♣ C’est avec une petite larme de joie, que Niawen Eiko se rendit dans l’avion à destination de Rêverie. ♣


Les heures défilèrent bien vite dans l’avion, qui, ce posa d’ailleurs à l’instant même sur cette piste d’arriver bien particulière celons Niawen. Les cocotiers lui rappelaient tout d’abord sa ville natale, Miami. La joie des gens dans l’avion se faisaient voir par des sourires et des larmes de joies pour certains et certaines. Ils se mirent, tous et toutes à applaudir la pilote de l’engin et le copilote qui furent sans doute heureux d’être bien arrivée. Une hôtesse de l’air annonça le temps et la météo avant de permettre aux nouveaux voyageurs de prendre leur valise. Niawen attendit un peu, les personnes étant charger, elle préféra passer dans les dernières pour s’assurer de ne rien laisser trainer et c’est avec méfiance qu’elle jeta un dernier coup d’œil sur sa place 25. Ayant des origines japonaise et une grande curiosité, par la même occasion pour cette langue, qu’elle considère comme, magique et féerique (biensûr c’est son point de vue), elle avait donc appris cette langue comme si nous apprenons l’anglais. Elle n’avait pas un très bon niveau mais savais le principale, c’est donc d’une grande aide que son savoir sur cette langue lui permis de se retrouver dans l’aéroport et pour aborder les quelques personnes aux passages. Elle prit un taxi et la voilà en route pour la ville.

♣ Rêverie, sa ville… ♣


Cette ville émerveilla notre petite Niawen, c’était autre chose que Miami, et c’est cette chose qu’elle aimait en cette ville. Déjà, les gens avaient l’air plus décontractée, on pourrait croire à un compte de fée, une grande île avec des petits villages et des marchands qui avaient le sourire. Niawen imagina déjà son petit chez-soi, une petite maison bien sympathique qu… Quelle vision, sur le trottoir, une espèce alors méconnue pour la jeune humaine. Elle posa ses mains sur le carreau de la voiture qui la conduisait dans le centre ville et pria le chauffeur de s’arrêter une petite minute. Un humain, chat mélangé, jamais elle n’avait vue cela. Une nouvelle espèce dont le nom échappe à l’homme. Il lui compta que ses animaux étaient soit docile soit rebelle et que chacun d’eux sait parler, on peut aussi en adopter. La jeune femme sourit, et le taxi redémarra de plus belle. Niawen avait tant voulût un animal de compagnie mais elle n’en avait pas les moyens, peut-être qu’une boutique est faite pour en adopter. Le taxi la déposa devant un grand bâtiment, la mannequin paya et il parti. Des petites boutiques l’attendait bien avant d’allez jetez un petit coup d’œil dans un genre d’immense palais qu’elle prit comme musée. Un marchand, d’origine Japonaise s’approcha d’elle avant de l’interpeller. La demoiselle fut sous le charme quand celui-ci lui proposa un collier de bienvenue. Quand celui-ci baissa sa vision pour regarder le beau décotée de Niawen, celle-ci posa sa main sur l’épaule du jeune vendeur et se médita ses quelques mots.

* Nini, joue pas la salope ici… *


Elle se reposa quelques minutes en question et se dit qu’il fallait mieux être raisonnable maintenant qu’elle était ici. Alors elle ferma les yeux et affirma d’un hochement de tête bref, le contentement qu’elle avait pour ce présent. Elle se retourna ensuite, après avoir donner quelques pièces de son pays à cet homme fort charmant. Ce musée la travaillait beaucoup, maintenant qu’elle était enfin là, elle profitera de cette journée et ira sans doute à l’hôtel le soir avant d’acheter la petite maison et de peut-être se faire le plaisir d’acheter cette animal, qu’elle-même qualifie comme Kawaï, comme disais son grand-père japonais.

♣ Le palais. Un musée ? ♣


Niawen, d’un pas assez actif s’empressa d’allez dans l’établissement. Malgré les panneaux qui indiquaient bien ‘Pensionnat’, Nini ne chercha pas à comprendre, d’ailleurs, elle trouva l’entrée considérablement gigantesque et majestueuse. Quelques enfants étaient en train de discuter, ne se doutant pas une seconde que Niawen était une nouvelle habitante de l’île. Les adultes, la prenait pour un nouveau professeur, donc, elle continua toute heureuse son chemin dans ce palais. Marcher, marcher, marcher et toujours marcher, pour enfin arriver dans une cours, une grande cours, décorer de beaux arbres, le paysagiste de la région devait était très douée. Quelques enfants trainaient dans l’endroit fleuri, ils devaient sans doute être accompagnez d’un professeur pour faire une exploration et prendre des notes.

♣ Le temps… ♣


Il était ensoleiller à première vue, il ne s’était pas recouvert depuis que les hôtesses de l’avion l’avaient dit. Les quelques peut de nuage que l’on apercevait se dissipait petit à petit vers le fin fond de l’île. Peut-être qu’il y avait un volcan pas très loin. En tout cas, le vent était frai, cela détendait le stress. Elle s’approcha des jolies fleurs, toutes de tailles différentes, et de couleurs pimpante, la jeune Mannequin sortie son portable et prit une photo des merveilles en face d’elle. Son attention fût enfin attirer par un jeune garçon qui venait à l’instant de la pousser dans les fleurs, les trois autres riaient avec moquerie. Niawen, par reflexe avait posé sa main dans la terre, ses cheveux vinrent se tomber sur ses yeux. Doucement elle tourna la tête vers le garçon, elle se releva et se frotta les mains.

" Tu n’as pas du payer chère pour venir dans ce musée, je me trompe ? "

Les garçons éclatèrent une fois de plus de rire, un se foutait de sa geule, l’autre lui fit comprendre qu’elle était conne, un autre l’injuriait publiquement la traitant de pute, salope etc... Evidemment cela ne plus pas à Niawen, elle se contenta de rester sage et ne s’énerva pas. De toute façon, que se soit, langage et brutalité, cela ne résoudrait certainement pas les moyens et ca plusieurs personnes le savent. Niawen partie un peu plus loin, sans un regard pour les immaturités qui l’avaient poussé.

♣ Les habits… ♣


Niawen aperçut une jeune fille assez jolie de loin, ses habits ressemblait vaguement à un kimono, les couleurs que cette jeune portait étaient de toutes couleurs. Rien qu’en la voyant, elle se dit tout de suite que cette fille devait être Anglaise, elle s’amusait à chercher les origines des personnes, cela venait du jour où elle couchait avec tout le monde même si elle était soumise, alors cherchant un jeu pour s’occuper elle trouva celui-ci. Nini s’avança donc vers le banc où cette jeune demoiselle était de plus en plus ravissante, celons Niawen biensûr, car les autres garçons ne devait sans doute pas l’aimer. La jeune fille devait être pensive. Certes, mais à quoi pensait-elle ? La curiosité de Niawen la força d’aller jusqu’au bout. Ne voulant nullement occasionner un dérangement vis-à-vis de la jeune fille, si le cas se présentait, elle partirait sans doute. Pour en revenir à nos moutons, Niawen Eiko, était elle-même habiller d’une robe blanche sur un jean qui était surmonté de botte marron. Ses cheveux était accrocher par une pince qui lâchait ses cheveux, elle n’avait pas envie de s’habiller comme une pute, ca nouvelle vie devait être autre chose. Mais son caractère serais bien le même.

"Vous ne trouvez pas que ce musée est fantastique ?!"


Sur ses paroles, elle s’assit près de la jeune fille. Attendant normalement une réponse, qu’elle soit négative ou positive, cela intéresserait quand même la jeune Mannequin. Elle croisa ses jambes d’un reflex et se positionna droitement comme les mannequins, puis elle posa ses mains sur son genoux élevée et regarda la jeune anglaise avec un petit sourire joyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une nouvelle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Coopération Canada/Armée et Haiti ; une idée nouvelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Rêverie ♣ :: ☆ Le Palais & Pensionnat [ Extérieur ] :: ☆ Les Jardins & Alentours. :: ☆ Les Cours.-
Sauter vers: