♣ Rêverie ♣


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 † Kyôran Kaori †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyôran Kaori
† Cruel et Démoniaque
avatar

Masculin Nombre de messages : 499
Age : 28
† Club : Un Gang! Les Yakuza's! è_é
† Age Du Perso' : 19 ans. ô_ô
† Profession : Etudiant & Chef de Gang.
Date d'inscription : 12/09/2008

Feuille de personnage
Neko's/Maître: Aucun pour le Moment.
Chambre/Logement: Chambre N°1
† Relations:

MessageSujet: † Kyôran Kaori †   Mar 16 Sep - 13:46

Personnages:

☆ Nom: Kyôran (Folie, Frénésie, Fureur)
☆ Prénom: Kaori (Parfum)
☆ Age: 19 ans.
☆ Classe: Quatrième année.
☆ Nationalité: Japonaise à 100%.
☆ Orientation Sexuelle: Bisexuel.

☆ Histoire:

† Le début d’un hiver sans fin †

L’histoire de note jeune homme commence il y a 17 ans de cela. Oui, mais pour comprendre l’après, nous devons remonter un peu avant. Un peu avant son premier crie, un peu avant sa naissance… Au moment de sa conception? Oui. Un de ses soirs de pluie ou encore une fois cet homme va voir cette femme. Celle qu’il a épousée et qu’il maltraite comme ci elle n’était qu’un vulgaire objet. Il la bat, la viol. Lui le puissant homme. Qui est-il exactement? L’un des plus puissants mafieux du japon. Un Yakusa, un pure, un dure. Il est respecté, mais surtout craint dans son milieux. On ne lève pas la voix face à Kensaku, on baisse les yeux face à Kensaku. Alors qu’aurait bien put faire cette jeune femme face à son regard de tueur? Rien, elle se laissait faire depuis des années… Explosant en sanglot dès que son époux s’en va. Maudissant son existence, jurant qu’un jour elle se vengerait! Qu’elle partirait loin… Elle serre les dents, espère en cette avenir plus doux, mais ne fait rien… Il la retrouvera… Oui, il finira toujours pas la retrouver… Alors la vie continue comme ça.. Sans qu’elle puisse y faire quoique se soit…

Puis un jour, Kensaku fut arrêté. Il est alors emprisonné pour sept misérables années. Malheureusement pour tous, l’accusation ne fut pas lourde, faute de preuve. Pourtant, Maeko bénissa cette opportunité! Elle allait pouvoir partir, fuir! Elle fit rapidement ses valises et s’envola dans une Provence japonaise reculée. Elle s’installa dans une petite maison dans une forêt et se croyait enfin libre… Elle allait oublier! La Mafia, cet homme et les horreurs de sa vie! Mais malgré ses espérances, malgré ses prières, au fil des mois, son ventre s’arrondit doucement… Kensaku la poursuivait… La hantait… Il avait implanté en son sein, un fardeau, un monstre… Un enfant. Le destin s’acharnait contre elle. Ce fut le début de la décadence pour la jeune femme. Elle était terrifiée… Elle était sur que s’était Kensaku, le diable en personne qui la poursuivait! Elle le savait depuis le début… Elle ne pouvait pas lui échapper…. Il la suivrait partout… Cette chose en elle, en était la preuve…
Elle passa neuf mois à tenter de se débarrasser du fœtus. Elle tenta beaucoup de chose mais rien n’y faisait… Elle était effrayée à l’idée de mettre au monde ce bébé. Elle voulait le tuer, mais elle était persuader que si elle faisait cela, le diable en personne viendrait l’achever. La folie l’emportait. Doucement, au fil des mois, elle avait des crises de nerfs, restait enfermée chez elle, dans le noir…

Puis vînt la naissance. Elle hurla à l’agonie alors que de ses entrailles sortaient se petit être. L’accouchement fut extrêmement douloureux et lorsque le bébé poussa son premier crie, la mère n’eut qu’un regard de dégoût pour le garçon. Elle refusa de le prendre contre elle et quand on lui demanda le nom qu’elle avait choisie pour lui, elle demanda à la sage femme d’en prendre un au hasard. Elle ne voulait pas voir « Kaori » , il n’était pas son fils. Juste une chose. Un mauvais souvenir. Elle du pourtant le ramener avec elle.

Et les années passèrent. Maeko plongeait de plus en plus dans la folie et sans la voisine, Kaori n’aurait certainement pas survécut. C’est elle qui vînt le nourrir et s’occuper de lui. Elle faisait de son mieux pour qu’il puisse s’en sortir alors que sa mère.. Elle, n’hésitait pas à le frapper, à l’enfermer dans une chambre, le laissant pleurer de faim ou de peur. Dès qu’il s’approchait, elle levait la main vers lui en hurlant, sanglotant. Elle n’éprouvait que de la haine pour ce « monstre« , comme elle l’appelait…
Pourtant, Kaori, lui, espérait toujours être aimé de cette femme. Il faisait de son mieux pour ne pas l’énerver… Il restait toujours sage.. Le soir, lorsqu’il se retrouvait seul avec elle, il s’asseyait dans un coin et ne bougeait plus jusqu’à se que sa génitrice aille se couché, pour éviter de l’énerver. Il ne lui adressait presque jamais la parole, sauf quand elle lui posait une question… Il faisait toute les corvées qu’elle lui ordonnait de faire… Il espérait tellement qu’un jour, le regard qu’elle lui adressait, perde enfin de cette colère, de cette haine….
Mais rien y faisait… Les fleurs qu’il lui apportait était jeter au sol… Les gâteaux qu’il ramenait de chez la voisine était jetée… Ses bulletins jamais ouverts….

Le petit garçon grandissait lentement… Sa mère ne sortait plus de chez elle et faisait des crises à longueur de journée. De son coté, Kaori tomba aussi malade. A force de recevoir des coups, les organes internes du jeune homme se développèrent mal et il fut contraint de passer une longue année à l’hôpital. Année ou il ne vit pas sa mère. C’est là qu’avec un voisin de chambre, il se prit de passion pour le dessin. Il trouva refuge dans des mondes qu’il s’inventait et, contre toute attente, il fut même très doué dans se domaine. Il passa toute cette année à s’entraîner au crayon et lorsque, enfin, il rentra chez sa mère. Il la découvrit encore plus mal qu’avant. Elle passait son temps derrière les rideaux fermés de sa chambre. Elle fixait un point invisible, silencieuse… Dès son retour, dès qu’elle l’aperçut, la génitrice fit une nouvelle crise et le jeune garçon fut contraint d’aller se réfugier chez la voisine, une fois encore. Celle-ci le soigna comme elle en avait l’habitude en le plaignant… Ce soir là, Kaori sembla s’être fixée sur le piano de la vieille dame. Elle lui avoua alors qu’elle aimait bien jouer de la musique, cela la calmait… La calmait… Dans sa grande naïveté, le jeune garçon se demanda vaguement si il pouvait calmer sa mère avec ça… C’est ainsi qu’il commença à apprendre le piano.

Mais un jour… Au alentour de ses sept ans… Tout bascula. Sa mère tomba dans les escaliers et à son réveil à l’hôpital, elle hurla!

- Il a essayé de me tuer!! Ce monstre!! Ce démon!! C’est lui!! J’en suis sûr! Il est toujours la à me fixer de son regard démoniaque!! Il m’a poussé!! Tuez le!! TUEZ LE!! Me touchez pas!! Non!! C’est cette chose!! Il est comme son père!! SATAN!! SORT D’ICI!! Me touche pas!! Tu me dégoutte!! CREVE!! Crève je te dis!!! JE SUIS PAS FOLLE!! C‘est lui!! Il me poursuit!! Il serra toujours là!! Il va tous vous tuez!! […]

On sortie rapidement le jeune garçon de la chambre… La voisine était présente et tenta alors de parler à son petit protégé. Elle essayait de lui faire comprendre que se n’était pas de sa faute… Mais soudainement, un sourire naquit sur les lèvres du garçonnet. Le miroir des illusions se brisa, maintenant il savait. « Les parents ont toujours raisons. » C’est sa maîtresse qui lui disait… Alors, si sa mère disait que c’est lui qui la poussé? Si elle disait que s’était un monstre? Elle avait forcement raison… Alors pourquoi continuerait-il à faire le gentil garçon? Elle avait raison… Les autres enfants ont peur de lui à cause de son regard, de sa pâleur… Il était un démon.

Quelque semaine plus tard, sa mère rentra à la maison et se n’était plus des regards de haine qu’elle lançait à son fils. Non, à présent, il l’effrayait. Elle était tétanisée car dans le regard de l’enfant, une lueur de folie s’était installé… Deux semaines après, il la retrouva pendu dans sa chambre. Il ne pleura pas. Mais dans son cœur, un hiver sans fin avait pris place.


† Un Jeu †

Après cette épisode, Kaori se retrouva sans famille. Vraiment? Non, vous oubliez son père. Après la mort de Maeko, les Yakuza retrouvèrent la trace du jeune garçon. Son père venant de sortir de prison et apprenant l’existence d’un fils, il le fit venir rapidement à ses cotés. C’est ainsi que notre jeune héros entra dans l’univers des Yakuza. Il ressemblait à son père, tout le monde l’affirmait. Et Kensaku, qu’en pensait-il? Rien de spécial, cela l’amusait… Oui, cela l’amusait grandement! Ce gosse… Cette femme lui avait laissée un gamin après avoir été crever dans un coin perdu du japon. Il ne pouvait que trouver cela amusant! Il se mit alors en tête de faire l’éducation du jeune garçon. Et l’éducation donné par un mafieux n’était pas des plus tendres, vous pouvez vous en douter. Ainsi, Kaori continua à prendre des coups alors que son apprentissage continuait doucement… Puis un jour, son père le fit venir dans la cave. Dans celle-ci était présent plusieurs hommes de main et au sol, un homme attaché et bâillonné. Son père lui donna un révolver et lui dis de tirer sur la personne à terre. Et lorsque Kaori voulut savoir pourquoi, son père lui répondit simplement: « Pour jouer, évidement! Maintenant tire! » Et un coup de feu résonna. La lueur dans les yeux du jeune homme prit une nouvelle ampleur. Une semaine après, Kaori demanda à son père si ils joueraient à nouveau ensemble…
Il devînt un homme de main de son père, enfin, il le suivait parfois pour des affaires… Puis encore une fois, Kensaku se fit chopper par la police et on plaça Kaori dans une orphelinat très rapidement. Mais maintenant il était trop tard, le jeune garçon avait pris goût au jeu….


† Joue avec moi…. †

Durant cette période, on tenta à plusieurs reprises de le placer dans une famille d’accueil. Malheureusement, rien n'y faisait. La première personne fut une jeune femme qui croyait pouvoir sauver le monde entier et qui, finalement, arrivée en hôpital psychiatrique, comprit qu’elle n’arriverait pas à se sauver elle-même. Les deuxièmes furent un couple qui après avoir comprit que Kaori était malade, cherchèrent à s’en débarrasser. Les troisièmes fut une famille ayant déjà un fils, mais après que le père ait eut un accident de voiture à cause de frein ayant étrangement lâché et que le fils ai tenté de se suicider, on ramena Kaori au centre. Et une autre bonne dizaine de famille tentèrent de prendre sous leurs ailes l’étrange garçon… Mais il revenait toujours à la case départ… Finalement, son père sorti une nouvelle fois de prison et le reprit avec lui. Mais au lieu de retourner vivre chez son paternel, le jeune héros décida de commencer des études et de s'installer dans un penssionnat, loin de tout. Peut être pour réfléchir, fuir, comprendre... La suite de l'histoire, nous la construirons ensemble...

☆ Caractère:

Il y a deux personnalités très distinctes chez Kaori. Elles ne sont pas réellement séparées mais plutôt… Complémentaire. L’une dissimule toujours l’autre. Ainsi, lorsque vous le rencontrerez, le jeune homme aura l’air d ‘un gamin, un jeune enfant naïf qui joue toujours. Joyeux, enfantin, gourmand… Il sourira toujours d’une expression innocente et douce en faisant des trucs qui peuvent parfois avoir l’air débile pour un garçon de son âge. Mais soudainement, il peut devenir un être sadique et psychopathe. Je ne vais pas vous mentir, Kaori est loin d’être l’homme parfais. Loin de là! Ce n’ai pas le genre de personne qu’on a envie de rencontrer généralement. Ceux qui le connaissent dise qu’il est complètement fou et ils n’ont pas tout à fait tord. Il fait se qu’il a envie, quant il en a envie et il se fiche totalement de se que les autres peuvent penser. C’est vrai, il est égoïste. Comme lui a apprit son père, il faut écraser les autres avant qu’il vous écrase. Il est méfiant avec tout le monde. Il ne mâche pas ses mots et est directe quand il ne joue pas l‘enfant. Cependant, malgré cela, il n’es pas du genre à frapper directement d’un bon poing. Non, il attendra sagement que vous ayez le dot tourné pour vous achever, tout souriant. Il a d’ailleurs une préférence pour les tortures psychologiques. On fais plus de mal lorsqu’on touche le mental. Il est donc très manipulateur et il aime ça. Démoniaque. Il déteste les demis mesures. Soit vous l’aimez, soit il ferra tout pour que vous le haïssez. Il ne supporte pas qu’on reste indifférent à sa personne. C’est un véritable démon, comme la toujours affirmé sa mère. Il veut faire peur et marquer les esprits. Il n’aime pas s’ennuyer alors généralement, il fait tout pour vous faire sursauté, vous faire poser des questions ou autre… C’est un jeu pour lui.
Cependant, derrière ses ailes de Satan, on peut se demander si il n’existe pas autre chose. De la tristesse refoulée, de la solitude, de l‘incompréhension… Il n’a jamais été aimé. Personne ne lui a jamais apportée un geste de douceur ou de tendresse. Il ignore même se que cela fait, de n’être même qu’un peu apprécié. Alors peut-on vraiment lui en vouloir d’être ainsi? Lui qui n’a jamais eut d’enfance et qui cherche désespérément à reprend pied dans cet univers qui ne le comprend pas et qui ne comprend pas? C’est peut être cela son vrai visage. Il est froid et ne semble éprouver aucune réelle émotion. Il ignore comment faire pour changer les choses même si le faite qu’il ai fuit son père montre une certaine volonté de prendre un autre chemin. Il est traumatisé par son enfance même si on ne voit presque jamais sa douleur. Il ne supporte pas voir son reflet dans la glace ou apercevoir son regard. (Serrait-ce la raison pour laquel il a laissé cette mèche lui envahir le visage?) Il ne dort presque jamais la nuit semblant attendre quelque chose, le regard fixe dans les ténèbres. Est-ce que son passer serrait en cause de son attente? Kaori est un être mystérieux très difficile à comprendre qui possède plus d’un visage.




☆ Physique:



~Fascination ~

Un physique étrange qui envoûte, ensorcelle… Des yeux d’argents se teintant parfois de douceur ou de folie… Un regard qui se fige et vous transperce pour restez à jamais encré dans votre esprit… Tel une mystérieuse rencontre…. Ses yeux possèdent une pupille longue et presque féline d‘un noir ébène, rendant son regard encore plus foudroyant et marquant. Celui-ci est presque toujours visible qu’à demi, à cause de cette chevelure qui lui tombe sur le visage. Dans un dégradé de gris, elle encercle gracieusement son visage fin. Il a d’ailleurs un visage très féminin et pour 17 ans, plutôt enfantin. C’est certainement le décalage entre son aspect tendre et enfant et son regard parfois démoniaque et fou, qui rende cet être mystérieux. Mais il n’y a pas que cela. Ses vêtements sont généralement des nuances entre le blanc et le noir, des gris sombres au gris clairs… Il porte un haut rayé, de noir et gris foncé, une veste noir par-dessus… Un pantalon sombre et de haute botte blanche aux lacets défaits. Il a aussi une tonne de collier d’argent autour du cou et joue parfois avec une petite couronne. Il n’ai pas très grand et semble frêle et fragile. Sa peau est d’ailleurs plutôt clair mais s’accorde parfaitement avec son visage d’ange démoniaque. Et, étrangement pour un garçon, il se met du vernis noir.

Vous:

☆ Prénom: MOUHAHAHAHAHAHAHA.
☆ Age: ô_ô
☆ Comment avez vous connut le forum? Je suis tombé dessus par hasard.... Je m'en pose des questions cons. v_v
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reverie.forumactif.biz
 
† Kyôran Kaori †
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nouvelle Kaori.
» Kaori Hasegawa, péripapétitiene
» Accroc sur la crique... [PV Hana Kaori]
» Tequila,Vodka & gueule de bois [Pv Kaori]
» Kaori Yasei fait ses débuts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Rêverie ♣ :: ★ Il Etait Une Fois.. ★ :: ☆ Fiches D’Identités. :: ☆ Les Etudiants. :: ☆ Fiches Validées.-
Sauter vers: